Retour  Actualités

L’association AREA-ED (Association de Réflexion d’Echanges et d’Action pour l’Environnement et le Développement) , en collaboration avec l’INRAA (Institut National de la Recherche Agronomique d’Algérie)  et l’association BEDE (Association Biodiversité, Echanges et Diffusion d’expériences), a invité le DG du MUTUALISTE à l’atelier multi-acteurs : « QUEL(S) STATUT(S) JURIDIQUE(S) POUR LES GRIMPEURS DE PALMIERS DATTIERS ?» qui a eu lieu le 12 et 13 avril 2017 à la station INRAA, Sidi Mahdi, Touggourt.

La filière datte occupe une place de premier plan dans la stratégie algérienne de diversification de l’économie et de réduction de la dépendance à l’égard des hydrocarbures. Un effort financier considérable a été consenti pour moderniser l’infrastructure de stockage-conditionnement, soutenir les producteurs et les sociétés exportatrices, valoriser les variétés dites secondaires mais dont le poids économique n’est pas négligeable (Ghars, Degla beida, Hamra, etc…).

Toutes ces actions reposent grandement sur des grimpeurs de palmiers, qui doivent escalader le même palmier environ huit fois par an (travaux de pollinisation, pose de régimes, Ciselage, Coupe de palmes, Sèche, Nettoyage, Ensachage, Récolte). De ce fait, cet atelier a eu pour objectif de :

       - Evaluer la situation des grimpeurs palmiers ;

       - Rechercher des statuts juridiques qui pourraient s’appliquer aux grimpeurs de palmiers.

Cette réflexion engagée avec les professionnels, l’association de juristes et des chercheurs de l’INRAA permettra, à partir du cas concret des grimpeurs de palmier, d’élargir la réflexion à d’autres nouveaux métiers agricoles, exercés par des travailleurs indépendants prestataires de services auxquels le statut de fellah et celui de salarié ne peuvent s’appliquer.